Accueil » Scandale Haras Al Doum » Al Doum : le calvaire continue. Plusieurs chevaux en mort imminente

Al Doum : le calvaire continue. Plusieurs chevaux en mort imminente

Signez notre pétition ici pour demander à la SOREC de retirer les chevaux

JE SIGNE

Photos prises le 10/10/2016

Alors que les festivités du Salon du cheval d’El Jadida battent leur plein, et que tous les opérateurs ont préparé avec tout leur savoir faire  ce rendez vous prestigieux, l’horreur continue pour les chevaux de ce qui fut le Haras Al Doum de Bir Jdid. >> Voir le début de l’affaire ici <<

Sauvetage mis en scène

Vendredi 7 octobre, on déplace les derniers chevaux du Haras Al Doum vers une  ferme privée, pour “les sauver d’une mort certaine”.

Une délégation de la Sorec et de la ONSSA, venue sur place, n’a pu que constater l’horreur du charnier à ciel ouvert, ou s’entassent des carcasses de chevaux à perte de vue. Manifestement les morts ne datent pas d’hier, et pour cause !

Les chevaux sont donc “stockés” dans la ferme privée de ce monsieur.

yugherten al doum. Mort imminente
Yugherten Al Doum. Mort imminente…

Mort imminente pour plusieurs chevaux

jument-en-colique
Jument en colique mardi 10 octobre

Mardi 10 octobre, plusieurs personnes se rendent sur place. La Sorec a fait livrer un stock d’aliments, avec un “protocole d’alimentation”. Non nourris depuis des mois, ces chevaux sont malgré cela nourris sans contrôle, et bien entendu immédiatement les coliques démarrent. Yugherten Al Doum est en état de mort imminente.

Refus catégorique que l’UMPA le prenne et s’en occupe. A l’instant d’écrire ces lignes nous ignorons si la jument est également toujours vivante ou même prise en charge.

Ces chevaux sont donc laissés, au 10 octobre, sans surveillance, entre les mains de celui qui a exterminé toute la lignée Al Doum.

Aucune intervention n’est possible : c’est un terrain privée. Aucune intervention ne peut être faite sans l’accord du concerné en dehors d’une décision judiciaire.

Une pétition pour briser le silence

En accord avec toutes les personnes engagées sur le terrain nous avons monté une pétition qui a récolté plus de 1500 signatures au milieu de la journée du mercredi 11 (plus de 2800 au 13/10)

Puisque c’est le silence qui est la règle, nous poursuivrons la diffusion du scandale. Les fondations internationales ont été contactées (sans retour…) et la diffusion sur les réseaux sociaux s’accélère. C’est la seule et unique solution possible. Seule la Sorec peut décider d’intervenir. C’est l’unique instance marocaine apte à faire cesser ce massacre.

Un communiqué de la sorec le 11 octobre

Mercredi soir, face à la mobilisation, la SOREC publie un communiqué de presse indiquant que les chevaux ont été en effet pris en charge et suivis avec un protocole de réalimentation (sera-t-il suivi ? ). Yugherten serait toujours en vie et pris en charge, mais reste en sursis, la jument en colique également.

Toutefois pour le moment aucune information directe n’a été transmise sur les actions concrètes effectuées notamment pour Yugherten Al Doum. Malheureusement la personne qui devait se rendre sur place le 12 octobre n’y est pas allée et nous n’avons aucune information directe.

La SOREC s’engage ! >>

Signez notre pétition ici pour demander à la SOREC d’intervenir en urgence

JE SIGNE

survivant-aldoum
Le jeune poulain récupéré au haras vendredi 7

11 commentaires

  1. Ya pas un roi tout puissant dans ce pays??? Il aime les chevaux lui peut être??

  2. Pétition signée. La gendarmerie ne peut pas intervenir?

  3. j’imagine même pas dans quel état vous devez être d’être impuissant… c’est ignoble de les regarder s’éteindre dans autant de souffrance… il aurait pas pu les abattre… c’est d’une cruauté sans limite…

  4. Communiqué de la SOREC du 12/10/2016
    Nous espérons sous étroite surveillance effective. Restons vigilants mais CA BOUGE ! Nous irons sur place demain.

    La SOREC a pris acte de la situation tragique des chevaux, retrouvés morts, faute d’entretien et de nourriture, au « Haras Al Doum », situé près de Bir Jdid, dans la région d’El Jadida. La SOREC partage l’émotion et la tristesse que l’état de ces chevaux a suscitées, d’autant que l’entreprise a orienté son action de développement de l’élevage vers la sensibilisation au respect de la santé et du bien-être des chevaux.
    La situation a rapidement été prise en main. En effet, une commission constituée d’experts de la SOREC et de l’ONSSA (Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires) a été dépêchée sur les lieux le 7 octobre 2016. Son enquête a d’ores et déjà conclu à l’absence totale de risque sanitaire.
    Les chevaux en vie ont été pris en charge et hébergés dans des conditions respectueuses de leur bien-être. Leur rémission est maintenant prise en main et régulièrement contrôlée par des professionnels qui veillent à leur assurer un prompt rétablissement.
    Même si la commission SOREC-ONSSA s’est attachée à comprendre les causes de la situation malheureuse dans laquelle se sont trouvés les chevaux du « Haras Al Doum », la reconstitution des faits relève de conséquences de relations contractuelles intervenues entre des éleveurs privés.
    En tout état de cause, la SOREC continuera de travailler, de concert avec les acteurs de la protection animale et de la profession équine, pour rétablir la situation et pour trouver,
    pour ces chevaux, un lieu d’accueil stable, respectueux de leur bien-être sanitaire et alimentaire. De façon générale, la SOREC veillera à poursuivre et à pérenniser son action de développement de l’élevage marocain, dans le respect de standards de qualité et de bien-être des chevaux.

  5. Irrecevable ! J’ai dénoncé plusieurs fois des cas similaires, avec photos à l’appui, à plusieurs associations. Je suis en Bourgogne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *